Entre les siestes-grossesse, les heures au lit - maladie, les temps de garde d'enfants grippés, le mois qui vient de s'écouler a été très propice à la lecture. Voici un petit résumé des livres que j'ai lus qui vous donnera peut-être des idées !

 120317_Lecture

 

La Société des Jeunes Pianistes (Ketil Björnstad)

J'ai eu un vrai coup de coeur pour ce roman qui nous invite à suivre le parcours de jeunes prodiges de la musique à Oslo à la fin des années 1960. Parcours initiatique dans la musique mais aussi dans la vie tout court, pour cette poignée d'adolescents qui découvrent leur talent, les sources de leur motivation, leurs réactions face à la pression des concours de piano, mais aussi leurs premiers émois, leurs choix qui guideront leur future vie d'adultes. Seul le dénouement m'a laissée un peu sur ma faim mais j'ai bien accroché à cette histoire, bien racontée et à ses personnages attachants.

 

La dame en bleu (Noëlle Chatelet)

Solange est une cinquantenaire de son temps, jolie, pressée, amoureuse. Sa vie va basculer le jour où elle va suivre dans la rue une vieille dame vêtue d'une robe de crêpe bleu et qui marche à son rythme, lentement, comme en dehors du rythme trépidant de la ville. A partir de ce jour, Solange s'applique à suivre cet autre tempo et découvre le plaisir de prendre son temps, de la contemplation, et du retour à l'essentiel. J'avoue que je n'ai pas été emballée par ce livre ! Il se lit vite, très facilement, mais l'histoire... comment dire ?... bof ! Pas palpitant, pas très intéressant, ça ne m'a ni touchée, ni emportée, ni interréssée. Bref, j'ai l'impression d'être passée à côté.

 

Tsubaki et Hamaguri - Le poids des secrets tomes 1 et 2 (Aki Shimazaki)

Dès les premières lignes, on est saisi par la beauté de l'écriture, épurée, limpide, telle le tracé au pinceau des idéogrammes japonais. Et on est plongé tout de suite dans l'univers du Japon d'après guerre à Nagazaki où on suit, sur plusieurs tomes, l'histoire d'une famille japonaise, à travers les yeux de différents personnages gravitant autour d'elle. Au moment de sa mort, une mère va révéler à sa fille un lourd secret de famille qui va emmener celle-ci sur le chemin de la découverte de la vraie personnalité des membres de sa famille et nous les révéler leur complexité et leur ambiguité, au delà de la façade et de l'apparence préservée. Vous l'aurez senti, j'ai beaucoup aimé ces deux petits livres (les trois suivants sont déjà en commande) que j'ai dégusté comme des mets précieux. On y retrouve toute la finesse et la complexité de la société et de la culture japonaise, mais aussi une histoire haletante et bien construite.

 

Ma femme de ta vie (Carla Guefelbein)

Deux étudiants que tout semble opposer deviennent amis dans le Londres des années 1980. Entre Théo, le britannique timide et réservé, qui semble mener sa vie au fil de l'eau et Antonio, l'exilé chilien exalté et sûr de lui, une attraction étrange se crée. Ils sont tous les deux idéalistes, engagés, et amoureux de la même femme, Clara, aussi belle et fascinante que compliquée. Une histoire de parcours cahotique où chacun essaie de faire les bons choix et de tirer son épingle du jeu, des relations humaines et amoureuses troubles et cachées, une trahison... les amis finissent par se séparer. Mais voilà que 15 ans plus tard, Antonio - devenu le mari de Clara - reprend contact et invite Théo au Chili et le mettre de nouveau face à face avec la femme de sa vie...

Mouais... bof ! L'idée de départ était bonne, mais j'ai trouvé que l'histoire manquait de souffle et d'élan. L'écriture est souvent un peu lourde et inutilement compliquée. On s'intéresse pas vraiment aux personnages, ils deviennent même parfois un peu irritants à tourner en rond comme ça, à s'enliser dans une intrigue qui n'avance pas et j'ai fini par m'ennuyer... La fin relance un peu l'intérêt, mais ça ne restera de toute façon pas un best-off pour moi.

 

Et vous, vous avez aimé ces livres ? Ca vous donne envie de les lire ? Vous avez des titres à me conseiller ?