En passant la porte d'Electro République j'étais loin de me douter que je repartirais avec ma nouvelle machine à coudre et encore moins avec cette machine là (visez un peu l'accroche de ce billet !).

Voyez, je suis plutôt du genre 'Madame Plus' : comme j'ai beaucoup de mal à me décider, je choisis souvent l'option maximale, comme ça je suis sûre d'avoir le mieux et donc de ne rien louper. J'étais donc à peu près sûre que je ne repartirais pas avec la MAC ce jour là - rapport à ma légère tendance à l'hésitation - et qu'en plus je convoiterais sûrement le modèle le plus sophistiqué et donc le plus cher. J'étais presque résignée, je me connais… Il n'empêche que j'étais super excitée à l'idée de voir et d'essayer toutes ces fabuleuses machines sur lesquelles j'avais rêvé ces dernières semaines.

 

 

Seulement ce que je n'avais pas prévu, c'est que je tomberais sur un vendeur formidable. Une personne qui a tout de suite compris ce que je recherchais et quel type de couturière j'étais : exigeante, aimant les belles machines qui proposent le top niveau mais sans chichi ni (trop) de fioritures et de gadgets.

Quand je lui ai fait part de mon cahier des charges, et en particulier que je recherchais une excellente vitesse lente (on appelle ça la souplesse y paraît), une gestion des épaisseurs irréprochable et un entraînement sans faille de tous les types de tissus, il a hoché la tête et d'un air totalement sûr de lui, m'a déclaré : « eh bien ça va être vite vu, il vous faut ça :

PFAFF Expression 2.0

Pfaff Expression… what else ?!

Ceux qui me connaissent savent que je peux être assez coriace à convaincre et il me fallait un peu plus que les dires d'un vendeur pour me décider. Bon, c'est vrai qu'il était d'emblée tombé pile dans ma short liste sans le savoir. Et puis, le fait qu'il n'ait pas commencé par me demander mon budget, il avait déjà marqué des points. Mais bon, mince, j'avais bien envie de tâter de la machine moi ! De me faire une idée par moi même, quoi !

Alors j'ai sorti mon voile de polyester super mou extrafin ; ma toile indienne bien épaisse et renforcée de cordonnets que j'ai repliée deux fois pour mimer l'ourlet du plaid sur lequel je m'étais arraché les cheveux ; mon velours éponge bien plissant qui ne bougeait pas d'un pouce sous ma Hobby ; et mon simili cuir bien glissant, et je me suis assise devant l'Expression 2.0.

Et là, n'ayons pas peur des mots, l'EXTASE !!

Je vous jure que j'ai vécu un rêve éveillé. Certes, je m'attendais à voir une différence avec ma Hobby mais à ce point !! Oh my God ! Je crois que j'ai découvert ce jour là le plaisir de coudre à la machine ! Imaginez : d'abord le silence ! Oui, oui, le silence de cette machine. Et puis au premier coup de pédale, la lenteur ou la vitesse au choix, les deux répondant au doigt (ou plutôt à l'orteil, warf warf) et à l'œil. J'ai compris ce que voulait dire souplesse… Et puis surtout, aucun de mes tissus piège n'a pu la prendre en défaut. Elle s'est tranquillement avalé le bourrelet de 4 épaisseurs de toile indienne, a entraîné le cuir sans sourciller, cousu un point de broderie sur le voile fluide tout léger sans avaler ni coincer le tissu. Quant au velours éponge, quel velours éponge ? Y avait du velours éponge ? Bref , impressionnée j'étais !

IMG_3698

 

 

Bon c'était magnifique mais après tout, d'autres machines pouvaient peut être faire tout ça aussi bien. Je me suis donc glissée devant la machine à côté, la Pfaff Ambition 1.5, qui faisait aussi partie de ma short liste, rappelez-vous (vous me suivez toujours ou j'ai perdu tout le monde là ?).

A la mise en route, j'ai beaucoup aimé cette machine. Le toucher était agréable, plus que sur l'Expression et surtout elle était bien mieux éclairée. Les LED, plus nombreuses que sur l'Expression délivrent une lumière blanche qui rend l'Ambition bien plus lumineuse. Mais mon engouement s'est arrêté au premier coup de pédale. Non pas que ça n'était pas satisfaisant. C'était même cent fois mieux que ma machine actuelle. Mais tout était moins magique que sur l'Expression : moins silencieux, moins puissant (il m'a fallu pousser un peu la toile indienne pour que la machine attrape l'ourlet), un entraînement un peu moins bon en tout début de couture (mon voile a été bouffée par la machine lorsque j'ai démarré la couture trop près du bord, mais je dois dire que pour le reste c'était toujours nickel), et surtout beaucoup moins souple. Lorsque j'appuyais sur la pédale, la machine hésitait puis démarrait un peu vite, alors que sur l'Expression, je pouvais vraiment obtenir du point à point à la pédale. Je crois que c'est d'ailleurs ce qui m'a le plus séduite.

 

Et Janome alors ?

Je dois dire que je n'ai passé que peu de temps sur les Janome. Pourquoi ? D'abord parce que mon compétent vendeur a refusé tout net que je couse mes 4 épaisseurs de toile indienne avec. Pour moi ça voulait tout dire ! Et puis parce qu'il m'a dit que l'Horizon 7700 était en fin de série et il me l'a donc déconseillée.

 

 

Restait donc la Memory Craft 5200 (ils n'avaient pas la Memory Craft 8200).. Niveau bruit et niveau souplesse, je dois dire que c'était pas mal aussi. Niveau design, ça m'a déjà moins plu. La machine fait moins moderne que la Pfaff (mais bon ça c'est une affaire de goût), moins costaud aussi. Et puis surtout, elle est beaucoup moins spacieuse. L'espace de couture à droite de l'aiguille est plus réduit (17 cm contre 25 cm pour la Pfaff Expression). Certains considéreront que la Pfaff est plus encombrante mais pour moi qui ait la place, c'est plutôt un avantage pour les gros ouvrages.

Mais ce qui a emporté le morceau, c'est le double entraînement. Chez Janome peu de machines sont équipées du double entraînement alors que chez Pfaff quasi toutes l'ont. Et différence de taille, le double entraînement est intégré chez Pfaff alors que chez Janome c'est un pied particulier à monter sur la machine. Ce qui veut dire que le double entraînement est limité à l'utilisation de ce fameux pied chez Janome alors que chez Pfaff, du fait qu'il soit intégré, il ne dépend pas d'un pied et peut donc être activé avec de nombreuses semelles ou pieds différents. En plus il est vraiment ultra simple à activer ou désactiver. Il semble que la Memory Craft 8200 ait aussi un double entraînement intégré mais je ne sais pas ce qu'il vaut, et puis la machine est très chère...

C'est donc sans regrets que j'ai laissé Janome de côté et que je me suis décidée pour une Pfaff Expression.

 

Une Expression, mais laquelle ?

Restait plus qu'à choisir le modèle. J'avais pré-sélectionné l'Expression 3.0 car elle proposait plus de points de broderie que l'Expression 2.0 et en particulier deux alphabets qui me semblaient bien utiles pour broder des prénoms par exemple. Elle a aussi la possibilité de combiner et de mettre en mémoire des points. Quant à l'Expression 4.0, c'était le haut de la sélection (et du budget...). Encore plus de points, 3 alphabets, et surtout un coupe-fil supérieur et inférieur automatique. Et plus besoin d'actionner un levier pour relever le pied de biche, le simple effleurement d'un bouton en façade faisait le travail. Je vous avoue que j'avais bien flashé sur cette machine.

Mais c'était sans compter mon gentil vendeur. Aussi incroyable que ça puisse paraître, il n'a pas cherché à me vendre la plus chère mais celle qu'il pensait le mieux me correspondre. Le coupe fil auto et le pied de biche auto, m'a-t-il dit, c'est vraiment utile pour les quilteuses, celles qui font du patchwork à longueur de journée et sont sans arrêt en train de couper les fils de leurs petits carrés de tissu. Pour les filles comme moi qui font surtout de la confection, on peut considérer que ça n'est pas indispensable. Disons que ça ferait cher le coupe- fil. Et hop ! Exit la 4.0 !

Quant à l'Expression 3.0, c'est une machine un peu "bâtarde" d'après lui (je cite...). La différence avec la 2.0 tient à quelques points de broderie supplémentaires - mais là encore, est ce vraiment utile vu que la 2.0 en est déjà très bien pourvue - et aux alphabets. Quand je lui ai signalé cette caractéristique, il m'a ri au nez (enfin non, pas quand même, il était très poli mais il n'en pensait pas moins) en me disant "attention ma p'tite dame, ce sont des alphabets de machine à coudre, pas de brodeuse (comprenez : c'est donc assez moche). Il m'a montré le rendu des alphabets en question (dommage, j'ai pas pensé à faire de photos) et je dois dire que là encore il avait raison. Je n'ai pas été convaincue. Exit les alphabets. Du coup, la fonction de combinaison et mémorisation de points n'avait plus tellement d'intérêt. Et hop ! Exit l'Expression 3.0 !

 

And the winner is...

Là ça commençait à faire beaucoup pour ma petite tête. J'avais besoin que tout ca décante.

Alors je suis rentrée chez moi, et j'ai pris le temps de regarder à tête reposée les différences précises sur les points et les caractéristiques entre la 2.0 et la 3.0. Et, la nuit portant conseil, je suis retournée au magasin le lendemain, bien décidée à acheter la... 2.0 ! Eh oui, mon vendeur avait raison. La différence entre les deux machines ne me paraissaît finalement pas cruciale pour mon usage, alors autant faire des économies (500 euros d'écart quand même !).

 

 

Voilà ! C'est ainsi que je suis repartie chez moi avec la Pfaff Expression 2.0 !

Enfin, plus exactement avec tout ça :

 

IMG_1283

 

Oui, parce qu'en plus du super prix de la machine (859 €), j'ai eu en cadeau un pack d'aiguilles, 10 bobines de fil, un CD de prise en main de la machine et une immense table d'extension en Plexiglas transparent. Le gentil monsieur m'a en plus offert les 45 € de frais de port en bon d'achat car comme j'emportais la MAC, il faisait des économies de livraison. J'ai tout de suite soldé ce bon avec quelques semelles supplémentaires : un pied à rouleaux, un pied passepoil et un pied pour biais réglable. Elle est pas belle la vie ??

 

Voilà ! Vous savez maintenant sur quoi je couds depuis quelques jours ! Et je peux vous dire que je me régale et que je ne regrette pas mon choix ! J'espère que ce billet sera utile à celles qui hésitent entre les Pfaff Ambition et Expression ou celles qui se demandent comment se situe Pfaff par rapport à Janome. Et si vous êtes sage, je vous montrerai quelques images de ma nouvelle merveille très bientôt et je vous donnerai mon avis après quelques heures de vol.

Ah ! Sinon, j'ai une superbe Pfaff Hobby 309 à vendre... Je vous en reparle très vite !