La semaine dernière, c'était la seconde semaine de vacances pour les parisiens, et pour nous, qui sommes retournés travailler après notre grand bol d'air breton, c'était toujours un peu les vacances parce que nous n'avions pas d'enfant cette semaine là (oui oui, vous avez bien lu !). Les DEUX poulettes étaient restées chez Dada et Mamina à Rennes toute la semaine, et nous, pauvres parents déchus et malheureux, nous sommes sortis tous les soirs nous nous sommes langui près du téléphone.

Alors au programme, outre une boulimie totalement compulsive de petits restos comme quand on était jeunes, on a fait le plein de ciné. Avec au programme un film que j'ai beaucoup aimé :

Le discours d'un roi:

 

Bon, OK, je sais, je sais, ça n'est pas d'une nouveauté folle, c'est pas le scoop de l'année, n'empêche, ce film est pour la 11ème semaine à l'affiche dans ma ville et ça, c'est top parce que ça m'a laissé le temps d'attendre les vacances pour le voir. Et il y avait encore pas mal de spectateurs dans la salle.

Mon avis:

J'ai bien aimé le côté "la grande Histoire racontée par la petite histoire", les ambiances feutrées et parquets cirés grinçant de l'Angleterre de l'époque, le rythme lent et doux, l'émotion qui monte tout au long du film (ah! la mortelle scène du discours du stade de Wembley au début !), et ce bouleversant Georges VI qui se bat contre lui-même pour s'assumer, trouver son identité et sa place dans ce carcan écrasant qu'est la vie de futur roi qui ne laisse aucune place à l'expression des émotions et de la différence.

Ce que j'ai moins aimé: C'est quand même un peu long, le rythme lent et doux...

 

Dire qu'il va falloir attendre les prochaines vacances pour finir notre carte UGC5...